cimetière marin du magouër

forum de discussion sur le cimetière marin du magouër
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 revue de presse juillet 2006

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 25/06/2006

MessageSujet: revue de presse juillet 2006   Dim 5 Nov - 20:06

Ouest-France 03/07/06
Plouhinec
Les amis du Marais et le site du Magouër

Serge Le Quer pour l’association des Amis du Marais interpelle le maire de Plouhinec : « Au moment où se met en place le projet de gestion intégrée du bassin versant de la ria d’Etel, où notre communauté de communes se voit confier l’expérimentation de ce nouveau concept, que parallèlement des passionnés de vieux gréements organisent un rassemblement à Port-Niscop et que des associations se regroupent pour œuvrer et pour protéger le patrimoine et le site exceptionnel de la rivière, vous décidez unilatéralement de faire disparaître au Magouër les derniers vestiges qui subsistent de votre passé maritime ! »
Serge Le Quer s’interroge : « Qu’en pensent nos anciens marins et leurs familles du Magouër et du Vieux-Passage lorsqu’ils aperçoivent en face d’eux des rives de plus en plus bétonnées, un port « artificiel » atteint d’une « expansionnite » aiguë ? Faut-il privilégier le stationnement des camping-cars tout au long de la route sémaphore et leur dégager la vue ? Oui, que sont devenus nos fiers voiliers d’antan, ceux-là même qui terminaient lentement et dignement leur existence, béquillés, de part et d’autre de la rivière ? Il suffit de contempler les superbes photographies du Musée des Thoniers pour mesurer l’incroyable gâchis patrimonial dont ils, et nous, avons été victimes. Merci bien de vouloir y penser et de ne pas, une fois de plus, commettre l’irréparable. »
===============================================

Le Télégramme 06/07/06
Plouhinec
Les habitants du Magouër se mobilisent pour les épaves

Le conseil municipal se réunit ce soir à 20 h. à son ordre du jour, une question n’est pas passée inaperçue. Elle concerne l’avenir du cimetière de bateaux du Magouër, que la municipalité souhaiterait voir disparaître « pour raison de sécurité ».
Les habitants du Magouër viennent de signer une pétition pour l’informer « de leur opposition totale » à la destruction de ces épaves.
Ils écrivent : « Les vieilles coques sont un élément du passé qui nous tient à cœur. Elles représentent le patrimoine de la ria et des gens de mer. Elles contribuent, avec le slipway, au charme pittoresque de la rivière d’Etel. Accessoirement, elles évitent l’ensablement de l’anse du Magouër et de l’accès au chantier naval. Nous demandons au maire et à son conseil d’arrêter ce programme et de consulter les habitants avant de lancer des initiatives qui touchent à l’environnement et à l’histoire de la commune ».
L’Association du Cimetière de Bateaux du Magouër, qui a manifesté la semaine passée, a également écrit au maire pour défendre l’avenir de ces épaves.
« La sécurité n’est pas le seul paramètre à prendre en compte, est-il écrit dans cette lettre de Marcel Thomas, président de l’association. Ces vieux thoniers représentent un patrimoine historique et culturel, ainsi qu’un attrait touristique indéniable ».
Patrimoine disparu
Rappelant les très nombreuses publications de photographies et d’œuvres d’art réalisées à partir de ce paysage particulier, Marcel Thomas poursuit : « Longue est la liste du patrimoine du Magouër irrémédiablement disparu : chapelles dans la dune, ancien sémaphore et sa maison de garde, lavoirs, fontaine, appontement ».
Le président a demandé un rendez-vous au maire. Ce soir, le conseil, qui sera sans doute très suivi, devra donner son avis.
===============================================

Le télégramme 08/07/06
Plouhinec
L’enlèvement des épaves du Magouër voté

Une vingtaine de personnes étaient présentes à la mairie, jeudi soir, pour le conseil municipal. Le sujet sur l’enlèvement des épaves du site du Magouër était très attendu.
En 2002, la DDE maritime s’était proposée d’enlever le ponton allemand et les épaves pour des questions de sécurité. Cette proposition avait provoqué le mécontentement de la population, qui avait fondé une association de défense. La commune avait donc envisagé de prendre ce site à sa charge avec une AOT (Autorisation d’occupation temporaire) et que l’association s’occupe de la mise en valeur du site.
L’AOT n’a jamais été signée et actuellement, le maire ne désire pas demander une AOT. « Mon souhait, car je suis aussi attaché à notre patrimoine, c’est que l’Etat prenne ses responsabilités en sécurisant le site. Mais la fin est inéluctable ; ce site, avec les années, est devenu très dangereux », précise-t-il. L’opposition prend l’affaire avec recul. « Il faut se donner du temps avant de prendre une décision hâtive et irrévocable ».
Domaine public et maritime.
Gérard Burguin, adjoint aux affaires maritimes, a présenté les dangers de ces épaves qui s’érodent d’années en années. « On a fait d’une plage une déchetterie. Qu’on ne parle pas de valeur sentimentale car ces bateaux, qui ne sont pas des dundees, appartiennent tous à des armateurs etellois, aujourd’hui décédés ». Le maire a fait part d’un courrier de la DDE maritime, lui précisant qu’il avait le droit d’enlever les trois épaves faisant partie du domaine public, mais qu’il ne pouvait toucher aux trois autres se trouvant dans la concession de la DDE maritime. Le maire va donc écrire au préfet, afin qu’il sécurise le site et le mettre en face de ses responsabilités (le maire étant responsable du domaine public maritime).
21 personnes se sont montrées favorables à l’enlèvement des épaves et 6 contre.
===============================================

Ouest France, 8-9 juillet 2006
Plouhinec
Quelques mois de sursis pour le cimetière se bateaux du Magouër

Jeudi soir, lors du conseil municipal, un accord de principe a été pris (par vote à bulletins secrets : vingt et une voix pour et six contre) pour l’enlèvement de trois épaves sur la concession maritime du Magouër. Avec une quinzaine de personnes dans le public, c’est dans une ambiance sereine qu’a eu lieu la séance présidée par le maire Yves Joannic. Avant que l’assemblée délibérante ne se prononce sur le devenir des épaves du cimetière de bateaux, le maire a narré l’historique du cimetière. En 2002, la DDE (Direction du Domaine maritime) avait émis le souhait auprès de Maurice Thomas, maire aujourd’hui décédé, d’enlever les six carcasses de bateaux pour des raisons de sécurité et ce lors de la démolition du dit « Ponton des Allemands » (voir Ouest-France du 28 juin). L’affaire était depuis en sommeil. Yves Joannic a rappelé aussi l’arrêté pris, voici quelques semaines, pour interdire au public le site en raison de sa dangerosité. « je refuse d’exposer inutilement la population » a argumenté le maire. Celui-ci a fait part également aux élus de l’appel téléphonique de la DDE reçu le jour même du conseil. Faisant repli, la DDE a annoncé au maire que l’on ne peut enlever les épaves (trois) situées sur le dit domaine maritime du Magouër. « A l’origine de cet enlèvement, la DDE recule maintenant… Ce n’est pas moi, maire, qui prendrait en charge la sécurité du site. C’est l’affaire de la DDE ! », commente Yves Joannic ajoutant que, dès vendredi 7 juillet, il adressera un courrier au préfet afin de mettre l’Etat en face de ses responsabilités. « On aurait souhaité faire l’enlèvement des trois épaves à la rentrée mais ne connaissant pas la décision de l’Etat, cela sera fait en 2007 », à déclaré le premier élu. Le cimetière du Magouër a donc un sursis de quelques mois. L’équipe de l’opposition (six élus) a désapprouvé en séance cette décision d’enlèvement. « Nous sommes dans une société procédurière qui veut tout aseptiser et nous amener à des solutions excessives… Cette démolition annoncée enlève un peu d’histoire et d’âme de Plouhinec », a commenté Catherine Olliéro. « Cette décision est un peu hâtive. Nous pourrions chercher d’autres solutions comme celle de confier le site à une association… Nous ne voterons pas ce point 14 du conseil, ne voulant pas être complice de cette destruction », a déclaré également Gilbert Percevault, chef de file de l’opposition. A ces différents propos le premier magistrat de la commune a répondu entre autres : « Nous sommes tous enfants du pays ou fils de marins. Ces bateaux des années 1950 n’ont aucune histoire. Nous le savons tous ici… Cela fait trois ans que l’on cherche et que l’on ne trouve pas de solutions pour la sécurité du site… Quant à la dangerositédu cimetière, je souhaite que la DDE prenne maintenant ses responsabilités mais aussi c’est un devoir de police du maire, et du maire seul, que d’assurer la sécurité de ce site tant public que maritime à marée basse ».

Légende : Le cimetière de bateaux du Magouër au centre des débats du conseil municipal de jeudi.
===============================================
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cimetieremarin.kanak.fr
 
revue de presse juillet 2006
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Revue de presse : Montres magazine (HS n°2 - 2007)
» Revue de Presse sur le Vinao/Vito
» Revue de Presse - Patek Philippe
» Votre montre du Vendredi 14 juillet 2006
» Petite revue de presse utile de l'Internet résilient, prepper, autosuffisant, etc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cimetière marin du magouër :: cimetière marin du magouër-
Sauter vers: