cimetière marin du magouër

forum de discussion sur le cimetière marin du magouër
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 revue de presse octobre 2006 (1)

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 25/06/2006

MessageSujet: revue de presse octobre 2006 (1)   Dim 5 Nov - 20:15

Ouest-France 04/10/06
Morbihan
La ria d’Etel défend le cimetière de bateaux

La communauté de communes s’intéresse au site du Magouër. La ville de Plouhinec veut, en effet, enlever deux des épaves en bois.

Depuis quelques années, des amoureux du cimetière du Magouër à Plouhinec militent pour obtenir le maintien des épaves des vieux bateaux de pêche. Une association s’est constituée et demande, depuis 2003, qu’on ne détruise pas ces vestiges, comme l’avait décidé le conseil municipal de Plouhinec, invoquant des raisons de sécurité. Une convention a été signée en mai 2005 pour maintenir le site et le valoriser. Mais le sujet a rebondi.
En avril dernier, un arrêté municipal a interdit l’accès au cimetière. En juillet, les élus de Plouhinec ont mis en avant, cette fois-ci, la nécessité d’enlever les épaves pour mettre en conformité le chantier naval voisin.
Nouveau rebondissement lundi soir, lors de la réunion de la communauté de communes de la ria d’Etel. Même si elle ne comprend pas Plouhinec dans son périmètre, elle a mis le dossier à son ordre du jour. Il y a eu débat. Léon Nabat, maire d’Erdeven, est prudent : « Je me vois mal aller contre une décision du conseil municipal de Plouhinec. » Toutefois, les questions sur ces bateaux échoués ont fusé. Sensibles à la gestion intégrée des zones côtières, plusieurs élus de la ria se sont exprimés : « La direction régionale d’action culturelle est très attentive au cimetière du Magouër. Sa valeur patrimoniale est indiscutable. Ces épaves constituent un conservatoire esthétique. On les met en valeur dans les dépliants touristiques. »
Jérôme Loire, adjoint à l’environnement de Locoal-Mendon, est du même avis. « C’est une question de dimension régionale qui concerne l’opinion publique. Ces lieux sont visités. Ils amènent du monde. Il nous faut demander l’arbitrage du préfet. »
Louis Hervé, président de la communauté de communes (successeur du maire d’Etel, Rémy Guillevic, décédé) a émis le souhait, au nom de la ria d’Etel, de demander un sursis à statuer à Plouhinec. Et ceci, dans l’attente de la création du syndicat mixte de la ria, qui verra le jour en janvier.
Légende : Plouhinec veut faire le ménage dans le cimetière du Magouër. Lundi soir, les élus de la ria ont demandé un sursis à la municipalité pour les épaves en bois.
===============================================

Ouest-France 04/10/06
Belz
Cimetière de bateaux : la ria d’Etel demande un sursis

Bien que la communauté de communes de la ria d’Etel ne comprenne pas dans son périmètre la commune de Plouhinec, le cimetière de bateaux de cette commune figurait à son ordre du jour, lundi soir. L’enlèvement des deux épaves situées sur la concession portuaire communale a en effet été décidé par Plouhinec.
Les notions de sécurité sont annoncées.
Plusieurs élus de la CDC de la ria d’ Etel se sont exprimés sur le sujet : « La valeur patrimoniale est indiscutable. Ces épaves constituent un conservatoire esthétique. On les met en valeur dans des dépliants touristiques… C’est une question de dimension régionale… C’est choquant de supprimer les épaves. » Louis Hervé, maire de Locoal-Mendon a émis le souhait, au nom de la ria d’Etel, de demander un sursis à statuer à la mairie de Plouhinec, dans l’attente de la création du Syndicat mixte de la ria d’Etel, qui verra le jour en janvier 2007, pour avoir d’ici là, une discussion sur les enjeux du projet.
===============================================

Le Télégramme 04/10/06
Belz
Cimetière marin du Magouër : les élus demandent un sursis

Une demande de sursis à exécution de la décision de démolir le cimetière marin du Magouër. Lundi soir, le conseil de la communauté de communes de la ria d’Etel a formulé ce vœu avec beaucoup de diplomatie en soulignant d’abord la souveraineté du conseil de Plouhinec, mais en souhaitant qu’une réflexion puisse être lancée au sein du syndicat mixte de la ria d’Etel, qui se mettra en place très prochainement, afin d’envisager d’éventuelles solutions alternatives dans le cadre du programme de gestion intégrée des zones côtières.
Valeur patrimoniale du cimetière
Le 6 juillet, le conseil de Plouhinec a voté l’enlèvement des trois épaves du cimetière marin du Magouër implantées sur sa concession portuaire, et demandé à l’Etat de sécuriser les trois autres, relevant du domaine public maritime. Le 15 septembre, Alain Bonnec, élu d’Erdeven, avait sollicité un débat sur cette question au sein de la communauté de communes de la ria d’Etel, au titre du programme de gestion intégrée des zones côtières porté par la communauté, et qui recouvre l’ensemble de la rivière.
« C’est un sujet qui n’est pas sur notre territoire, même si on est sur la ria », rappelait le président Louis Hervé en ouvrant ce débat lundi soir, avant de lire la délibération votée par le conseil de Plouhinec.
« La direction régionale des affaires culturelles est très attentive au devenir de ce cimetière de bateaux, pour lequel elle s’est mobilisée auprès du maire de Plouhinec depuis 2003 », embrayait Alain Bonnec. « Ils estiment que ce cimetière a une valeur patrimoniale indiscutable, qu’il participe à la qualité paysagère en tant que lieu de mémoire, conservatoire technique et valeur esthétique, et à l’attractivité touristique. C’est une question de dimension régionale qui mérite d’être traitée collectivement. Il faudrait demander l’arbitrage du préfet et au moins attendre la mise en place en janvier 2007 du syndicat mixte de la ria qui sera une structure intercommunale représentative, et Plouhinec en fera partie ».
« Enlever du patrimoine pour l’intérêt d’un privé »
Jérôme Loire (Locoal-Mendon) abondait en soulignant que l’un des objectifs de ce syndicat était les usages du plan d’eau, la valeur patrimoniale qu’on a en commun sur la ria d’Etel.
Sur ce point il qualifiait de « choquante » la contradiction entre les efforts entrepris par le pays d’Auray pour redonner une identité et une valeur maritime à Etel avec le musée des thoniers et le pôle nautique et la démolition, juste en face, d’un site qui est en quelque sorte l’héritage maritime du pays.
Un vœu pas un ordre
Gérard Le Tréquesser, maire de Belz et conseiller général, objectait qu’il en allait aussi de l’avenir du chantier naval, « qui fait aussi partie du patrimoine », avec la nécessaire réalisation d’une cale de carénage pour sa mise aux normes. « En résumé, on veut enlever du patrimoine pour l’intérêt d’un privé ? », interrogeait Alain Bonnec.
Au terme du débat, l’unanimité s’est dégagée sur la demande – « un vœu, surtout pas un ordre », précisaient les maires – d’un sursis à l’exécution de la démolition.

Le sort des épaves lié au chantier du Magouër
Lors du conseil de Plouhinec, le 6 juillet, l’adjoint aux affaires maritimes avait précisé : « Pour enlever les épaves, il faut passer dans le chantier. Or, le chantier doit se mettre aux normes pour ses eaux usées, et le carénage, et l’endroit où Jean-Michel Thomas, le propriétaire du chantier veut faire sa station est celui où les camions peuvent passer. Quand sa station sera faite, le seul accès pour enlever les épaves sera par la mer, et les coûts ne seront plus les mêmes ». Le coût actuel de la démolition totale du site est de 33.000 à 40.000 €.
Agrandissement du port d’Etel
La question la plus sensible est le lien entre la cale de carénage qui pourrait être faite sur l’emprise privée du chantier et l’obligation de réaliser rapidement un bassin de carénage pour le port d’Etel.
Cette obligation résulte des réserves portées à l’arrêté autorisant son agrandissement, suite à l’enquête publique.
Or, Rémy Guillevic, l’ancien maire d’Etel, avait proposé au comité départemental d’hygiène ne soit pas exclusif au port d’Etel mais commun à toute la rivière et au chantier du Magouër.
D’où aussi les interrogations de l’association de défense du Magouër sur ce bassin sur enclave privée dont le financement serait au moins partiellement public.
Légende : « Si la commune de Plouhinec retire les épaves sur sa concession, l’administration risque fort d’enlever également celles positionnées sur le domaine public maritime », faisait remarquer l’élu étellois Jean Avoustin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cimetieremarin.kanak.fr
 
revue de presse octobre 2006 (1)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La montre du vendredi 13 octobre 2006
» Revue de presse : Montres magazine (HS n°2 - 2007)
» Revue de Presse sur le Vinao/Vito
» la rocaille en végétation, octobre 2006
» Albert Mondor à Mascouche le 18 octobre 2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cimetière marin du magouër :: cimetière marin du magouër-
Sauter vers: