cimetière marin du magouër

forum de discussion sur le cimetière marin du magouër
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 revue de presse juin 2006

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 25/06/2006

MessageSujet: revue de presse juin 2006   Dim 5 Nov - 20:03

Le Télégramme 21/06/06
Plouhinec
Le cimetière d’épaves menacé.

Les épaves du Magouër vont-elles disparaître ? Estimant qu’il y a danger pour le public, la municipalité de Plouhinec envisage l’enlèvement des épaves du cimetière marin, installé dans la vasière et accessible depuis la plage. La dégradation des épaves avait déjà incité la mairie à installer aux abords de celles-ci des panneaux avertissant du danger. Un premier projet d’enlèvement des épaves avait soulevé la réprobation des riverains de la ria d’Etel et une association, créée il y a deux ans pour défendre ces épaves, avait obtenu un sursistout en acceptant la démolition de l’ancien appontement allemand en béton. Le sort des épaves sera l’objet de discussion lors du prochain conseil municipal.
===============================================

Le Télégramme 21/06/06
Plouhinec
Le cimetière marin à nouveau menacé de disparition

Les épaves du Magouër vont-elles disparaître très bientôt ? Peut-être, car la municipalité juge qu’il y a danger : « Je n’ai pas dit qu’il n’y avait pas de projet d’enlèvement de ces épaves », nous a répondu le maire, Yves Joannic. On ne peut être plus clair.

Un problème de sécurité
Cette décision, qui pourrait être prise en conseil municipal, intervient alors que, lors de sa dernière réunion, ce même conseil, a décidé d’installer sur ce site un certain nombre de panneaux signalant la dangerosité de ces épaves qui se démantèlent chaque semaine un peu plus.
« Il y a un réel problème de sécurité », insiste le maire. « Ce cimetière marin est accessible directement par la plage, contrairement aux autres cimetières marins aménagés dans des vasières. Le problème de la conservation de ces épaves reste posé et il en sera certainement question, lors d’un prochain conseil municipal ».

Déjà un premier projet
On se souvient qu’un premier projet d’enlèvement des épaves avait soulevé la réprobation d’un certain nombre de riverains de la ria d’Etel. Une association s’était créée, il y a deux ans, pour défendre ces épaves. Elle avait obtenu un sursis, tout en acceptant la démolition de l’ancien appontement allemand en béton.
Le sort des épaves est désormais remis en question.

Légende : des épaves qui font la joie des touristes et des photographes, mais qui présentent un certain danger.
Yves GUEGAN.
===============================================

Ouest-France 26/06/06
Plouhinec
Cimetière à bateaux de nouveau menacé.

Le site du Magouër est encore dans le collimateur. L’association de défense appelle à la mobilisation ce mardi, devant la mairie.
Début 2003, le cimetière de bateaux du Magouër avait été menacé de destruction par la municipalité de Plouhinec, avec le concours de la DDE maritime. Une réunion fut organisée en mars 2003 en mairie. La solution préconisée ce jour-là pour le maintien des vieux thoniers avait remporté l’adhésion de la majorité. Le 28 avril 2006, un arrêté de dangerosité interdisant l’accès aux bateaux a été pris par le maire. L’association en a pris connaissance de la nouvelle par le biais de la presse. « Le maire annonce la mort prochaine du cimetière marin » dénonce l’association du Cimetière de Bateaux du Magouër. Avec ses sympathisants, elle demande le retrait de sa menace de disparition et dénonce la méthode « pour le moins arbitraire. Un rassemblement se tiendra devant la mairie de Plouhinec le mardi 27 juin à 18 h pour exprimer notre indignation. »
===============================================

Le Télégramme 27/06/06
Plouhinec
Cimetière de bateaux : manifestation ce soir.

Dans notre édition du 21 juin, nous avons évoqué le possible démantèlement des épaves du cimetière de bateaux du Magouër, épaves considérées comme dangereuses.
L’association du cimetière de bateaux du Magouër vient de réagir et appelle à manifester, ce soir, à 18 h, devant la mairie de Plouhinec.
Début 2003, cet ensemble d’épaves du Magouër avait été menacé de destruction par la municipalité de Plouhinec, avec le concours du service maritime de la direction départementale de l’équipement.
Une réunion fut organisée en mars 2003, à la mairie. La solution préconisée ce jour-là pour le maintien des vieux thoniers avait remporté l’adhésion de la majorité.
Un arrêté de dangerosité interdisant l’accès aux bateaux a été pris par le maire. L’association du cimetière de bateaux du Magouër et ses sympathisants demandent le retrait de la menace de sa disparition.
Un rassemblement se tiendra devant la mairie, ce soir, pour exprimer l’indignation de l’association.
===============================================

Ouest-France 28/06/06
24 heures en Morbihan
Plouhinec : ils défendent le cimetière à bateaux

« Il ne reste que onze cimetières de bateaux en Bretagne ». Les opposants au démantèlement du cimetière de bateaux du Magouër, au bord de la ria d’Etel n’étaient pas nombreux dans la rue hier à Plouhinec, mais ils sont décidés. Une cinquantaine de manifestants se sont rassemblés en fin d’après-midi devant la mairie.
A l’origine de leur émoi, le sujet abordé en fin du dernier conseil municipal par le maire, Yves Joannic. Ce dernier craint avant tout le danger que constituent les sept vieilles coques de dundees échoués sur la dune. Rien n’est fait, mais l’association du cimetière de bateaux du Magouër, soutenue par de nombreux habitants du secteur, veut être vigilante. Début 2003, l’affaire avait déjà été soulevée par le conseil municipal et 3 000 signatures avaient été recueillies contre l’enlèvement des épaves.
Légende : Une cinquantaine d’opposants à l’enlèvement des épaves du cimetière à bateaux se sont rassemblés hier en fin d’après-midi devant la mairie de Plouhinec.
===============================================

Ouest-France 28/06/06
Plouhinec
Magouër : une cinquantaine de manifestants pour le cimetière de bateaux

Peu nombreux mais déterminés, une cinquantaine de manifestants se sont rassemblés hier, en fin d’après-midi, devant la mairie fermée.
Ils ne veulent pas entendre parler d’un éventuel démantèlement du cimetière à bateaux.
A l’appel de Marcel Thomas, le président de l’association du cimetière à bateaux du Magouër, des habitants du secteur sont venus témoigner de leur attachement à ses sept vieilles coques, des dundees pour la plupart, échouées sur la dune en face d’Etel, depuis une soixantaine d’années.
L’origine de l’émoi des manifestants est encore assez floue. Elle tient seulement à une question abordée lors du conseil municipal par le maire.
Yves Joannic a fait part de ses craintes à propos de la sécurité dans ce site sensible où les peintres et les photographes trouvent l’inspiration. Mais aussi où les familles se baladent, où les enfants peuvent monter sur les épaves à marée basse… Les panneaux mettant en garde les promeneurs ont fleuri sur la dune.

Un projet d’enlèvement
Et le maire, sans être précis, n’a pas écarté un éventuel projet d’enlèvement. Si le projet se concrétise, la Direction Départementale de l’Equipement maritime pourrait passer à l’action. Ce qui provoque la colère du président Marcel Thomas : « Il ne reste que onze cimetières à bateaux en Bretagne, dont deux dans la proche région : celui de Kerhervy à Lanester et celui du Magouër ».
Et le vice-président Gérard Guillas de s’exclamer : « De nombreuses communes acceptent des sites qui peuvent représenter des dangers. Les panneaux sont posés, il faut désormais prendre ses responsabilités d’élus ».
Des habitants du Magouër sont venus hier apporter leur soutien à l’association. « En soixante ans, il n’y a jamais eu d’accident. Ce site fait partie de notre patrimoine… J’ai vu des photos du cimetière à bateaux l’an dernier à Papeete, à Nouméa », raconte cette résidente qui a de son côté fait signer une pétition.
L’Oasis, la Feuille d’Or, le Sans-Gène… l’association connaît le nom de ces vieilles coques et en connaît aussi la valeur, qui n’est pas que sentimentale. « La municipalité s’en sert parfois pour illustrer son magazine. C’est le premier point d’ancrage de l’histoire de l’épopée des thoniers .»
En 2003, l’affaire avait déjà secoué le secteur pour les mêmes motifs.
Le maire alors s’appelait Maurice Thomas, décédé l’an dernier. Une pétition contre l’enlèvement des épaves avait recueilli 3000 signatures et un projet de convention permettant de confier la gestion du site à l’association avait été lancé. Depuis, le projet est en sommeil. « Nous voulons dialoguer. » assure le président Marcel Thomas qui a demandé un rendez-vous au maire, que nous n’avons pas pu joindre hier.

Légende 1 : Une cinquantaine de manifestants se sont rassemblés hier en fin d’après-midi devant la mairie fermée.
Légende 2 :Les panneaux incitant les promeneurs à ne pas s’approcher des épaves ont fleuri sur la dune.
François NIKLY
===============================================

Le Télégramme 29/06/06
Plouhinec
Epaves du Magouër : l’association de défense réagit

Une cinquantaine de personnes ont manifesté devant la mairie, mardi, pour dire non au démantèlement du cimetière de bateaux du Magouër.
A l’appel de l’association de défense du cimetière marin, une petite manifestation, regroupant une cinquantaine de personnes, s’est déroulée mardi, en début de soirée, devant la mairie. Ce rassemblement fait suite à la décision, prise lors du conseil municipal du 23 mai, d’enlever les sept épaves qui gisent, depuis une quarantaine d’années, au Magouër.
L’association désire que ce lieu soit mis en valeur comme il le mérite. C’est le dernier point d’ancrage pour la mémoire de Plouhinec et de sa région. Il rappelle l’époque de la pêche au thon. Il y avait près de 300 bateaux dans ce secteur », rappelle le vice-président de l’association, Gérard Guillas. Et d’indiquer que « nous restons vigilants et nous sommes ouverts aux rencontres avec le maire et avec toutes les autres associations qui ont un regard en direction du patrimoine maritime ».
Une pétition sera prochainement remise au maire, par les responsables de l’association.
« Un élément du passé »
Quelques habitants du Magouër ont signé une autre pétition, le 25 juin : « les habitants du village s’émeuvent et tiennent à informer leurs élus de leur opposition totale à cette action. Les vieilles coques sont un élément du passé qui leur tient à cœur. Elles représentent le patrimoine de la ria et des gens de la mer… ».
Une autre association, « Les Amis du Marais », à Belz, souligne elle aussi l’importance de protéger le patrimoine et le site exceptionnel de la rivière. « Qu’en pensent nos anciens marins et leurs familles du Magouër et du Vieux Passage lorsqu’ils aperçoivent en face d’eux, des rives de plus en plus bétonnées ? ».
Légende : une manifestation pacifique s’est déroulée mardi, devant la mairie.
===============================================
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cimetieremarin.kanak.fr
 
revue de presse juin 2006
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Revue de presse : Montres magazine (HS n°2 - 2007)
» Revue de Presse sur le Vinao/Vito
» limaces
» Cherche chantier mi-juin 2006 dans le Var
» [Jardin de Lise P.] 11 juin 2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cimetière marin du magouër :: cimetière marin du magouër-
Sauter vers: